Lundi 21 Aout 2017     liens
 
Electricité : quelques généralités.

L'époque est à une consommation d'électricité en hausse, liée à la demande de confort. Les équipements électriques sont de plus en plus nombreux, notamment sur les unités de voyage de plus de 12m : cuisine avec lave-vaisselle, lave-linge; chauffage; pont et navigation; pilote automatique;propulseur d'étrave, etc.

Les précautions doivent être de mieux en mieux respectées. Circuit en 12v continu, ne nécessitant donc pas de mise à la masse, mais au contraire une isolation totale, moteur inclus. Câbles sous gaines, placés le plus haut possible sous pont et roof.

Photo ci-contre : les gaines sont passées avant les vaigrages, en même temps que la mousse d'isolation. Photo Chatam 40 Boulal.

Voyez l'essentiel dans le document pdf ci-dessous.

Les anodes

L'eau de mer est un excellent électrolyte, c'est à dire que si d'autres conditions sont réunies pour que la coque du bateau soit attaquée par une des formes de corrosion, elle la développera.

Deux métaux aux potentiels de dissolution éloignés, ou deux zones d'un même métal, trop différemment traitées ou humides et souillées, formeront un couple galvanique en présence d'eau de mer. Les eaux "douces" polluées peuvent produire le même résultat.

Les anodes sont là pour protéger le bateau : elles sont consommées à sa place en cas de problème... mais il est encore mieux d'éviter ces problèmes...!

Les formes de corrosion sont parfaitement connues. Elles n'ont rien de mystérieux ! Aussi est-il aisé d'éviter la corrosion d'un bateau en acier ou en alu. Deux conditions : s'informer (ici, par exemple...) et éviter les erreurs qui conduisent à une corrosion... ou respecter ce qui les évite, ce qui est la même chose !

Photo ci-contre : les anodes de Northabout, le Nadja en alu auteur du 1er Tour de l'Arctique, en sens inverse de Vagabond, sous pavillon Irlandais.

Merci de voir le pdf. ci-dessous... et de patienter le temps de son ouverture.

 Télécharger : anodes.pdf
Les nuances d'acier en construction navale.

Les aciers qui conviennent à la construction des voiliers ou unités à moteur de plaisance, dans les tailles courantes dont il est question ici, sont les "aciers doux" ou "quart durs" laminés à chaud.

On les désigne par leur limite d'élasticité (E) : E.24 ou E.26. La qualité "2" (E.24-2 ou E.26-2) n'intéresse que le pliage à 90°.

On peut aussi les désigner par leur charge de rupture (A) : A.37 pour l'E.24 ; A.42 pour l'E.26.

Mon conseil, pour le Constructeur Amateur, ou l'artisan non expert : E.24. Soudage MIG avec fil de la même nuance ou aux performances juste au-dessus.

L'E.26 est plus raide et peut rendre le bordage plus difficile. Inutile d'aller chercher l'E.30 (A.47) ni des aciers dits à résilience tel l'E.36 (A.52), car, à supposer qu'un acier "performant" permette d'alléger la coque pontée en diminuant des épaisseurs, le soudage d'épaisseurs fines crée des déformations

Ces nuances sont "universelles" pour tôles, profilés, tubes et ronds. Ceci dit je conseille un pont inox sur une coque acier !

Alliages d'ALU en construction navale.

L'aluminium pur et un grand nombre d'alliages sont impropres à la construction navale. Les alliages qui conviennent comportent entre 4 et 5% de magnésium (Mg). Ils sont de la nuance la moins dure (désignée par la lettre H) et leur état de trempe est désigné par la lettre T. L'état "doux" est H111. Les états "quart durs" sont H12, 22 ou 32.

Tôles (coque, pont et pièces découpées dans des tôles) : 5086 H111 à 4% de Mg; ou 5083 (éventuellement H12 à 32) à 4,5% de Mg. En France et en Europe on travaille plutôt l'alliage 5086, alors qu'au Canada, Québec et USA on trouve plus facilement le 5083.

Profilés courants : 6060 T5.

Ronds : ils se choisissent soit à 3% de Mg pour un soudage plus aisé, ou à 5% pour une résistance supérieure à l'eau de mer.

Soudage : MIG-Pulsé avec fil à 5% de Mg.

   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15   

 
Visiteurs : 509577 Mis à jour le : 29 - 03 - 2017 Aramis Multimédia